Tout le monde s'y prépare : un jour ou l'autre, Fidel Castro disparaîtra de la scène cubaine. Plusieurs scénarios sont possibles. Le plus probable est celui de la transition institutionnelle qui verrait l'accession au pouvoir du frère cadet du Lider Maximo, Raul Castro, le tout-puissant chef de l'armée. Mais l'après-Fidel pourrait réserver des surprises. Ne serait-ce que parce que l'opposition, aussi bien dans l'île qu'à l'extérieur, ne manque pas de personnages illustres prêts à relever le défi de la succession. Certains, tolérés par le régime, comme Elizardo Sanchez, militent pour une levée de l'embargo américain. D'autres, tel Carlos Alberto Montaner, campent, depuis leur lieu d'exil, sur des positions plus radicales. En tout cas, une chose est sûre : le temps joue en faveur des démocrates car chaque jour qui passe accroît les chances de voir émerger une véritable société civile capable de peser sur le cours des événements.