Politique Internationale - La Revue n°123 - PRINTEMPS - 2009

sommaire du n° 123
PAROLES DU MAITRE DE LA TCHETCHENIE
Entretien avec Ramzan KADYROV
conduit par
Nathalie OUVAROFF
en français
in english
en español
en français
Only 33 years old, Ramzan [kadyrov], president of the republic of Chechnya, maintains an iron grip on «his» region. His father, Akhmad [kadyrov], a former Chechen Chief Mufti, fought the Russians in the first Chechen war (1994-1996) but then supported them during the second intervention of 1999. The Kremlin rewarded him with the presidency in 2000. Following his assassination in 2004 (and an interim period with Alu Alkhanov at the reins), [kadyrov]'s son Ramzan succeeded him in 2007. Under his firm rule, the insurrection was almost totally destroyed. But at the price of countless human rights violations, say observers, who also accuse [kadyrov] of assassinating opponents and promoting a personality cult. In this exclusive interview, Ramzan dismisses these accusations and highlights economic reconstruction to defend his own record. He invites Western businessmen to come and invest in Chechnya, for which he predicts a glorious future.
Notes :
(1) Formés lors de la seconde guerre de Tchétchénie, les bataillons « Vostok » (Est) et « Zapad » (Ouest) font partie de la 42e division motorisée dépendant du ministère de la Défense russe. Ils sont composés exclusivement de Tchétchènes ethniques.
(2) Il faut cependant rappeler que, selon le commissaire aux droits de l'homme du Conseil de l'Europe, Thomas Hammarberg, qui a visité une prison à Grozny, l'usage de la torture y est systématique. En 2006, à la suite d'un séjour en Tchétchénie, Louise Arbour, Haut commissaire des Nations unies chargée des droits de l'homme, avait fait part de sa « grave préoccupation » concernant l'intégrité de certaines institutions, notamment celles chargées du maintien de l'ordre public.
(3) Movladi Baïsarov, chef de guerre tchétchène en conflit avec Ramzan Kadyrov, a été abattu à Moscou le 18 novembre 2006. Réfugié en Autriche, Oumar Israïlov était un témoin clé dans une affaire mettant en cause le président Kadyrov, qu'il accusait de l'avoir torturé personnellement ; il a été assassiné à Vienne le 13 janvier 2009. Rouslan Iamadaev, ancien député tchétchène à la Douma et représentant d'un puissant clan en conflit avec Ramzan Kadyrov, a été tué à Moscou le 24 septembre 2008. Son frère, Soulim Iamadaev, a été victime d'un attentat à Dubaï le 29 mars 2009.
(4) Les deux Tchétchènes accusés d'avoir participé à l'assassinat d'Anna Politkovskaïa, le 7 octobre 2006, ont été relâchés. Les proches de la victime dénoncent une enquête bâclée. Le procureur a fait appel.
(5) Les sociétés qui investissent en Tchétchénie sont principalement des holdings russes, mais il y aurait également des sociétés chinoises et des compagnies basées dans des pays du Proche-Orient. Les principaux investissements se font dans le secteur pétrolier, ainsi que dans l'hôtellerie et les services - mais les Occidentaux investissent uniquement dans le secteur pétrolier.
(6) La situation au Daghestan et, surtout, en Ingouchie est explosive. Il ne se passe pas un jour sans que les médias ne rapportent des incidents violents dans ces deux républiques proches de la Tchétchénie.