Politique Internationale - La Revue n°147 - HIVER -

sommaire du n° 147
la guerre cachée du Kremlin contre l'Europe
Article de Francoise THOM
Historienne, spécialiste de la Russie, maître de conférences à Paris IV-Sorbonne.
in english
en español
en français
Notes :


(1) Cité in : André Fontaine, « Pourquoi l'Occident soutient Poutine », Le Monde, 20 mars 2000.

(2) A. Prokhanov, « Rasti, inace sozrut » (« Nous devons nous étendre, faute de quoi nous nous ferons bouffer »), Argumenty i Fakty, 29 octobre 2008.

(3) Sur RTR, le 30 mai 2014.

(4) La Chine vient à ce moment-là de provoquer une crise dans ses relations avec les États-Unis en envoyant des missiles balistiques à quelques kilomètres des grandes villes de Taiwan.

(5) N. Kucin, Novoe Vremia, n° 42, 26 octobre 1997.

(6) Gazeta.ru, 25 février 2000.

(7) À Riazan, le FSB a été pris en flagrant délit le 22 septembre en train d'installer des explosifs dans un immeuble.

(8) A. Prokhanov, « Rasti, inace sozrut », art. cit.

(9) Cité in : Grani.ru, 23 septembre 2008.

(10) Strana.ru, 23 novembre 2000.

(11) Sergueï Markov, Interfax, 24 février 2004.

(12) http://www.kremlin.ru/appears/2008/06/05/1923_type63374type63376type63377_202133.shtml

(13) Interview de D. Rogozine à Zavtra, 20 août 2008.

(14) Cité in : Vincent Jauvert, « Poutine et le FN : révélations sur les réseaux russes des Le Pen », Le Nouvel Observateur, 27 novembre 2014.

(15) V. Korovin, regnum.ru, 27 décembre 2014.

(16) Dermometr, 8 mai 2014.

(17) VTR, 19 juin 2012.

(18) Vladimir Socor, « Polish Government Sheds Light on Gazprom-EuroPolGaz MOU », Eurasia Daily Monitor, Volume 10, n° 80, 29 avril 2013.

(19) Charles Haquet, « Viktor Orban, le petit Poutine de Budapest », L'Express, 21 février 2015.

(20) Causeur, 4 juin 2014.

(21) Owen Matthews, « The Kremlin's Campaign to Make Friends », Newsweek, 16 février 2015.

(22) L'Ukraine a signé en 2012 un contrat avec l'Allemand RWE en vue de lui acheter du gaz à un prix moins élevé que celui imposé par le géant gazier russe, tout en important également du gaz à partir de la Hongrie. En avril 2014, la Slovaquie et l'Ukraine sont parvenues à un accord sur les livraisons à Kiev de gaz en provenance de l'Europe occidentale en utilisant le vieux gazoduc de réserve de Vojany en Slovaquie orientale, de faible capacité, faute de pouvoir mettre en oeuvre les gazoducs existants contrôlés par Gazprom. Il s'agit de donner la possibilité à certains pays européens de rétrocéder à l'Ukraine une partie du gaz qu'ils achètent à la Russie à des tarifs moindres que ceux qui sont désormais imposés par Gazprom à Kiev.

http://www.leblogfinance.com/2014/04/lukraine-saccorde-avec-la-slovaquie-pour-recevoir-du-gaz-russe.html

(23) South Stream devait passer par la Bulgarie, la Serbie, la Hongrie, la Slovénie, la Grèce et l'Italie pour aboutir en Autriche.

(24) http://fr.sputniknews.com/opinion/20080227/100140136.html#ixzz3TnEwuyih

(25) Voir l'entretien qu'il a accordé à Politique Internationale : « L'idéologue de Poutine », n°144, été 2014.

(26) Mouvement de jeunesse fondé officiellement le 15 avril 2005 pour empêcher une « révolution de couleur » en Russie.

(27) http://openrevolt.info/2014/03/10/eurasian-serbia-interview-with-vjekoslav-cerovina-of-serbian-nashi/

(28) http://www.stopfake.org/en/putin-seeks-to-influence-radical-parties-in-bid-to-destabilise-europe/

(29) Jelena Milic, « The Russification of Serbia », New Eastern Europe, 16 octobre 2014.

(30) Bodo Weber et Kurt Bassuener, « The Western Balkans and the Ukraine crisis - a changed game for EU and US policies ? », DPC Policy Paper, septembre 2014.

http://www.democratizationpolicy.org/pdf/briefs/DPC%20Policy%20Paper%20Western%20Balkans%20&%20Ukraine%20crisis.pdf

(31) Der Spiegel, 17 novembre 2014.

(32) http://www.balkaneu.com/government-refuses-russias-request-set-military-base-montenegro/

http://www.b92.net/eng/news/region.php?yyyy=2015&mm=01&dd=28&nav_id=93007

(33) Voir l'entretien qu'il a accordé à Politique Internationale : « Russie : le credo orthodoxe », n°145, automne 2014.

(34) La Tribune de Genève, 30 janvier 2015.

(35) http://www.tdg.ch/monde/Syriza-quels-liens-avec-les-nationalistes-russes/story/28369893

(36) http://fr.sputniknews.com/french.ruvr.ru/2014_01_15/La-Russie-derange-l-OTAN-en-Mediterranee-6161/

(37) Voir à ce propos et pour ce qui va suivre Vincent Jauvert, « Poutine et le FN : révélations sur les réseaux russes des Le Pen », art. cit.

(38) Le Jobbik adopte une orientation pro-russe en 2008 sous l'influence de Bela Kovacs, son conseiller en politique étrangère. Kovacs était en poste à Moscou en 1988. Très lié aux milieux d'affaires russes, il a adhéré au Jobbik en 2005. Devenu milliardaire, il se rend à Moscou tous les mois. En mai 2014, le parquet hongrois a ouvert une enquête contre lui, l'accusant d'espionner les institutions européennes pour le compte de Moscou. Son épouse russo-autrichienne est soupçonnée d'être un agent du contre-espionnage russe.

Voir http://www.heraldscotland.com/news/world-news/hungary-s-far-right-backed-by-rolling-moscow-roubles-1.1034539

https://euobserver.com/eu-elections/124156

(39) Cité in : Owen Matthews, « The Kremlin's Campaign to Make Friends », art. cit.

(40) Ataka a été créée en 2005. Sa direction compte un grand nombre d'ex-officiers de la Sécurité d'État de l'époque communiste. http://www.riskandforecast.com/post/in-depth-analysis/russia-s-far-right-friends_349.html

(41) Anton Shekhovtsov, « The Kremlin's marriage of reason with the European far-right », ODR, 28 avril 2014.

(42) Owen Matthews, "The Kremlin's Campaign to Make Friends", art. cit.

(43) Vladimir Abarinov, « Okkultnaja licnost » [Une personnalité occulte], grani.ru, 10 juin 2014.

(44) Oleg Shynkarenko, « Alexander Dugin : The Crazy Ideologue of the New Russian Empire », Daily Beast, 4 avril 2014.

(45) Newsland, 12 avril 2014. Interview de A. Douguine sur tv.russia.ru. Douguine fait actuellement partie du Conseil consultatif du président de la Douma Sergueï Narychkine.

(46) http://euromaidanpress.com/2014/09/23/russia-to-increase-budget-by-2-2-times-for-its-main-propagandists-russia-today-and-dmitry-kiseliov/

(47) Moscow News, 5 mars 2014.

(48) Simon Shuster, « Inside Putin's on-air machine », Time, 5 mars 2015.

(49) Sergei Markov, « Russia Must Stop U.S. Expansion in Ukraine », Moscow Times, 19 mars 2014. « Moscou s'efforcera d'alléger la pression [américaine] et de trouver un soutien à l'étranger en amplifiant sa campagne d'information parmi les centaines de millions de citoyens de l'UE qui sympathisent avec la position de Poutine contre Washington et qui apprécient son soutien aux valeurs traditionnelles rejetées par les élites européennes », note Markov.

(50) Vedomosti.ru, 21 mai 2014.

(51) Chris Elliott, « The readers' editor on... pro-Russia trolling below the line on Ukraine stories», The Guardian, 4 mai 2014.

(52) Sergei Markov, « Russia Must Stop U. S. Expansion in Ukraine », Moscow Times, 19 mars 2014.

(53) Monika Garbaciauskaite, « Historian Timothy Snyder : Ukrainian crisis is not about Ukraine, it's about Europe» », DELFI, 12 novembre 2014.

(54) Cet accord signé par Ianoukovitch et les leaders de l'opposition grâce à une médiation européenne prévoyait une élection présidentielle anticipée ; une révision de la Constitution visant à réduire les pouvoirs présidentiels et à augmenter ceux du Parlement dans l'esprit de la Constitution de 2004 ; et la formation d'un gouvernement d'union nationale. La fuite de Ianoukovitch le lendemain le rendit caduc.

(55) I. Jakovenko, « Mediafrenia », Ezenedelny Zurnal, 29 juillet 2014.

(56) Le 19 janvier 2015, Ramzan Kadyrov, le satrape de Poutine en Tchétchénie, a organisé une manifestation monstre contre Charlie Hebdo. À Moscou, les rares manifestants pro-Charlie ont été interpellés par la police.

(57) Vladimir Ryzhkov, « Russia is Burdened by the Weight of Empire », Moscow Times, 9 juin 2014.

(58) Gazeta.ru, 14 mai 2014.

(59) http://www.regnum.ru/news/polit/1784592.html#ixzz2xoLViTTO

(60) Business Insider, 2 décembre 2014. Voir également : http://www.aif.ru/politics/russia/1440976

(61) Telegraph, 20 janvier 2015.

(62) Conférence de presse du 17 avril 2014 : http://www.regnum.ru/news/polit/1792501.html#ixzz3RRiPF1kx

(63) Négociés par les dirigeants allemand, français, ukrainien et russe, signés le 12 février, ces accords prévoient un cessez-le-feu à partir du 15 février, le retrait « de toutes les armes lourdes par les deux parties », la mise en place d'une bande démilitarisée d'une largeur de 50 à 140 kilomètres, la reprise par Kiev du financement des territoires sous contrôle rebelle, et une réforme constitutionnelle d'ici à fin 2015, préparant une « décentralisation », en accord avec les représentants des régions de Donetsk et de Lougansk. Par ces accords, la Russie obtient l'essentiel : l'assurance d'une ruine prolongée de l'Ukraine obligée d'assumer le fardeau économique des enclaves pro-russes aux mains des réseaux mafieux et l'assurance que l'État ukrainien sera faible, avec pour Moscou la perspective de contrôler le gouvernement de Kiev grâce aux régions de l'Est.