Politique Internationale - La Revue n°93 - AUTOMNE - 2001

sommaire du n° 93
LA BASCULEMENT DU MONDE
Entretien avec François Heisbourg
Président de l'International Institute for Strategic Studies (Londres). Auteur, entre autres très n
conduit par
Thomas HOFNUNG
Chef de rubrique au site The Conversation.
en français
in english
en español
en français

Le directeur de la Fondation pour la recherche stratégique analyse les conséquences multiformes des attentats commis contre le World Trade Center et le Pentagone le 11 septembre dernier. Ces événements marquent, selon lui, la fin de l'après-guerre froide et l'entrée dans l'ère de l'hyper-terrorisme. Des mouvements messianiques, dont le programme n'est pas politique mais métaphysique, recourent désormais à un "terrorisme de destruction massive". Face à cette modification de la nature des menaces et des règles du jeu international, il convient de réagir de deux manières : par une action militaire rapide, couplée, sur le long terme, à toute une panoplie de mesures diplomatiques, financières et policières. La lutte contre le terrorisme va devenir l'élément structurant de la politique extérieure de Washington et l'outil militaire américain sera profondément réformé (renforcement de la homeland defense, accélération du projet de défense antimissile, remise en cause du concept de "zéro mort"...). Plus largement, nous allons assister à une impressionnante série de bouleversements géopolitiques : alliance russo-occidentale, recomposition en Asie du Sud, remise en cause de certains aspects de la mondialisation (liberté des communications sur Internet ; secret bancaire ; liberté de circulation...)

Notes :

(1) Plusieurs décisions américaines ont été qualifiées, ces dernières années, d'unilatérales par les analystes européens. Citons, notamment, le refus de ratifier le Traité de Rome (1998) portant création d'une Cour pénale internationale et le Protocole de Kyoto (1997) sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre ; la non-ratification, par le Sénat, du Traité d'interdiction complète des essais nucléaires (TICE) en 1999 ; et la volonté de doter les États-Unis d'un bouclier antimissile, en contradiction avec les Accords sur la limitation des armements anti-balistiques (ABM) de 1972.
(2) La secte japonaise Aoum Shinrikyo (Vérité suprême) a organisé, en mars 1995, un attentat au gaz sarin dans le métro de Tokyo. Douze personnes y ont trouvé la mort et des centaines d'autres furent intoxiquées.
(3) Le romancier Tom Clancy a publié plusieurs thrillers mettant en scène des groupes terroristes s'attaquant aux États-Unis. Dans Debt of Honour (Dette d'honneur, Albin Michel, 1995), un pilote japonais jette un avion suicide sur le Capitole, lors de la prestation de serment du vice-président, décapitant les pouvoirs exécutif et législatif américains. Dans Executive Orders (Sur ordre, Albin Michel, 1996), un groupe islamiste lance des attaques bactériologiques contre les États-Unis. Dominique Lapierre et Larry Collins ont publié Le Cinquième cavalier (Robert Laffont, 1980), dans lequel ils racontent la traque d'un commando terroriste libyen qui a placé une bombe atomique en plein New York.
(4) L'attentat suicide attribué au groupe Ben Laden contre le destroyer américain USS Cole, le 12 octobre 2000 à Aden (Yémen), a tué 17 marins américains et a fait 38 blessés.
(5) En échange de sa collaboration avec Washington dans la lutte anti-terroriste, le Pakistan a obtenu, au lendemain des attentats du 11 septembre, la levée des sanctions décrétées par le Congrès à la suite des essais nucléaires pratiqués par Islamabad en 1998.
(6) L'Organisation de coopération de Shanghai (OCS) a été créée en juin 2001 par la Chine, la Russie, le Kazakhstan, l'Ouzbékistan, le Kirghizstan et le Tadjikistan. Elle succède au Groupe de Shanghai qui regroupait, depuis 1996, les mêmes États sauf l'Ouzbékistan. Elle a pour objectif de résoudre les différends frontaliers entre ses membres, mais aussi de lutter contre le séparatisme, l'extrémisme et le terrorisme qui menacent la sécurité et la stabilité régionales.
(7) Durant la guerre du Kosovo, les Alliés se sont opposés, notamment sur le choix des cibles à bombarder en Yougoslavie. Les Européens, et singulièrement les Français, ont reproché aux Américains de frapper trop souvent des objectifs civils, ou de ne pas les tenir informés des actions menées. Les Américains, de leur côté, se sont plaints de l'inertie des Européens.
(8) Les missions de Petersberg, définies dans le cadre de l'UEO en 1992, ont été insérées dans le traité d'Amsterdam : elles définissent le cadre dans lequel les pays membres de l'Union européenne peuvent être amenés à intervenir dans une opération militaire extérieure (missions humanitaires, rétablissement ou maintien de la paix).