Politique Internationale - La Revue n°93 - AUTOMNE - 2001

sommaire du n° 93
EUROPE-ETATS-UNIS : DU BON USAGE DE LA RECESSION
Article de David Spector
Chargé de recherches au CNRS
en français
in english
en español
en français

Après une année de ralentissement de l'activité économique, les attentats du 11 septembre semblent avoir fait basculer les Etats-Unis dans la récession en ruinant la confiance des ménages américains. Or cette récession fait surgir bien des questions. Ne serait-ce que parce qu'elle ne ressemble à aucune de celles que le monde a connues depuis un demi-siècle. Loin d'être due à la politique budgétaire ou monétaire, la crise actuelle relève d'une causalité endogène : exagérément optimistes quant à l'évolution de leurs profits, les entreprises ont, en effet, trop investi. Que faire pour surmonter cette récession atypique ? Ce qui est certain, c'est qu'Américains et Européens ne disposent pas des mêmes atouts pour s'en sortir. Après la longue période de prospérité de l'ère Clinton, les Etats-Unis, avec leurs comptes publics excédentaires et leur chômage à 5%, ont une marge de manœuvre dont les Européens sont privés. Doublement corsetés par l'objectif d'une inflation maximale fixée à 2% par la BCE et les contraintes du Pacte de stabilité en matière de déficits publics, les Quinze auront bien du mal à mener la politique de relance que le président Bush s'apprête à engager.

Notes :

(1) Voir A. Alesina, G. Cohen, et N. Roubini, Political Cycles and the Macroeconomy, Cambridge, MIT Press, 1997.
(2) Voir C. Romer, « Changes in Business Cycles : Evidence and Explanations », Journal of Economic Perspectives, Vol. 13, no 2, printemps 1999, pp. 23-44.
(3) Bons publics destinés à financer le libre choix, par les parents, d'une école publique ou privée.
(4) Introduit par le président républicain Gerald Ford, en 1975, ce mécanisme n'est devenu quantitativement important qu'avec la réforme de 1993.
(5) Ces chiffres sont issus des Perspectives de l'emploi publiées chaque année par l'OCDE.
(6) Voir l'étude de Hans-Werner Sinn et Michael Reutter, intitulée « The Minimum Inflation Rate for Euroland », National Bureau of Economic Research Working Paper, no 8085.