Politique Internationale - La Revue n°93 - AUTOMNE - 2001

sommaire du n° 93
VIVRE SANS LES PALESTINIENS ?
Entretien avec Dan MERIDOR
Ministre d'Etat du gouvernement israélien
conduit par
Emmanuel Halperin
Israël
en français
en français
in english
en español
en français

Après avoir été le conseiller de Menahem Begin, Itzhak Shamir et Ehoud Barak, Dan Meridor a rejoint le gouvernement d'Ariel Sharon à l'été 2001. Répondant aux questions d'Emmanuel Halperin, il analyse les chances de la paix au Moyen-Orient, au moment où la Maison-Blanche déclare la guerre au terrorisme islamiste. Même si Israël a été confronté depuis longtemps à cette menace, les Etats-Unis en sont la cible principale, selon Dan Meridor. C'est donc à eux de prendre la tête de ce combat. Dans un tel contexte, les perspectives d'un règlement pacifique du conflit israélo-palestinien peuvent paraître plus lointaines que jamais. Et pourtant, ce proche d'Ariel Sharon n'a pas perdu tout espoir. Tirant les leçons des échecs des dernières tentatives de négociation à Camp David (été 2000) et à Taba (hiver 2001), il mise sur une stratégie de séparation avec les Palestiniens. Cette stratégie suppose qu'Israël n'hésite pas à fixer unilatéralement le tracé de ses frontières avec le futur Etat palestinien, si un accord avec celui-ci ne peut pas être conclu.

Notes :

(1) Les Sudètes sont le nom donné, entre les deux guerres mondiales, à la minorité de langue allemande de Tchécoslovaquie établie sur le pourtour des pays tchèques. Annexés par le Reich en 1938, ces territoires furent rendus en 1945 à la Tchécoslovaquie qui, conformément aux accords de Potsdam, expulsa la majorité de la population allemande (celle-ci passa de 3,2 millions en 1938 à 160 000 en 1946). La question des Sudètes a longtemps pesé sur les relations entre la République tchèque et l'Allemagne qui ont finalement signé un accord de réconciliation en 1997.
Aux termes de ces mêmes accords de Potsdam, l'enclave allemande de Königsberg fut attribuée aux Soviétiques, entraînant l'exode de la population. Königsberg a, par la suite, été rebaptisé Kaliningrad.